ARTIST 110

De Seoro Ohfiction16 min 072013CC BY

Synopsis

Dans une usine urbaine, un vieux robot provoque un accident et découvre un outil de dessin. Il commence à dessiner partout où il se déplace, sous l’œil paresseux d’un garde et ses multiples caméras de surveillance.

Fiche technique

  • Un film de Seoro Oh
  • 2D Digital animation
  • Durée : 16 min 07
  • Sortie : 2013

Licence

Creative Commons Attribution (CC BY)

Thèmes

art, dystopie, robot, travail

Technique

animation


Notre avis

ARTIST 110 est un court-métrage d’animation qui met en scène des robots et joue sur les contradictions des systèmes érigées par l’humain. Les thématiques du travail, de la robotisation, du droit à l’art sont placées dans une dystopie super-industrialisée pour en dévoiler les failles de manière plus explicite. Portée par une magnifique réalisation dotée d’une grande maîtrise des outils d’animation 2D et 3D, ARTIST110 est un film très abouti.

image du film

Autour du film

Le travail comme aliénation et résistance

Le court-métrage de Seoro Oh imagine un contexte de robotisation exacerbée de l’industrie et du commerce mondialisé. Le tri des cartons et autres colis issus des porte-conteneurs volants est la tâche unique confiée aux centaines de robots programmés à cet effet : comme les travailleurs de tout temps, ils ne peuvent dévier de leur poste qu’en cas de force majeure. Suite à un accident entre robots, des craies tombées d’un carton deviennent le moyen d’expression du robot 110, reproduisant inlassablement les formes et traits de sa vision, formatée à sa tâche première : le tri des colis. On peut y voir un acte de résistance, de survie au monde froid du labeur quotidien avilissant, un repli dans l’art pour celles et ceux à qui on ôte les capacités de communication. Faire le lien avec le monde du travail contemporain est une évidence : si le réalisateur ne se présente pas comme militant, son art, comme celui du robot, vient mettre en lumière les failles d’un système dans lequel il est contraint d’agir.

La surveillance ou la cruauté affirmée de l’humain

L’acte de résistance par l’art du robot n’est rendu possible qu’avec le concours de l’observation du garde, responsable du bon fonctionnement du système. Par les caméras qu’il manie dans toute l’usine, le garde est le seul témoin humain des créations géométriques et colorées de 110. Il est ainsi le seul individu à pouvoir témoigner de la conscience de la machine. Par son choix vis-à-vis du robot dessinateur, l’humain affirme sa cruauté et son envie d’auto-destruction, noyant l’acte de survie d’un travailleur au bord de la mort.

Dessins préparatoires

Source : https://seoroh.blogspot.com/search/label/ARTIST110_Concept_arts

Laisser un commentaire