Le dernier souffle

De Florian Debudocumentaire52 min2014CC BY-NC

Synopsis

À Bagneaux-sur-Loing les immenses verreries ont presque toutes fermées, entraînant avec elles la disparition des souffleurs de verre et de leurs précieux savoir-faire. Pourtant, avant l’arrivé de l’industrie sur son territoire, cette petite bourgade proche de la forêt de Fontainebleau a abrité pendant 250 ans une verrerie artisanale où plusieurs générations de verriers ont prospéré. Au début du XXème siècle, un groupe industriel met la main sur la petite verrerie et y implante la fabrication du verre PYREX à grande échelle. En quelques années, Bagneaux-sur-Loing devient une immense cité ouvrière attirant les verriers de la région venus tenter l’expérience du progrès industriel. Personne ne pouvait se douter que la cité et les souffleur de verre vivaient alors leur dernier souffle… À travers les témoignages de trois générations de verriers ayant travaillé à Bagneaux-sur-Loing, ce film dessine les conséquences à long terme de l’implantation de l’industrie sur un territoire et ses hommes. Il nous questionne également sur la place du travail manuel aujourd’hui dans notre société et l’évolution de notre rapport à la matière.

Fiche technique

  • Écriture et Réalisation : Florian Debu
  • Production : Synaps Collectif Audiovisuel
  • Image : Florian Debu & Athys de Galzain
  • Montage : Viviana Robles Hatta
  • Musique et Mixage son : Matthieu Seignez
  • Étalonnage : Magali Marc
  • Archives : CICLIC Région Centre
  • Voix off raconté par Antoine Deroudilhe
  • Durée : 52 mins
  • Date de sortie : 2014

Licence

Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale (CC BY-NC)

Thèmes

mémoire, travail, verre

Technique

Prise de vues réelles

Plus d’informations

https://synaps-audiovisuel.fr/le-dernier-souffle-doc/
Acheter le DVD

du verre encore liquide est soufflé dans un four rougeoyant

1 réflexion au sujet de « Le dernier souffle »

  1. Très émouvant. La photographie est très bonne. J’avais connu dans mon enfance Morin, souffleur d’art à Dieulefit… Beau métier. Il faut un bon instinct. Merci !

    Répondre

Laisser un commentaire