L’enfant sur la barricade

D’Alice Guyfiction4 min 391906Domaine public

Synopsis

Dans une cuisine parisienne, un garçon est chargé par sa mère de quérir une bouteille de lait au magasin d’à côté. Pendant ce temps, des gens construisent une barricade dans la rue, alors que des gendarmes s’approchent et leur tirent dessus. Le garçon surgit au milieu de l’affrontement et manque de se faire exécuter…

Fiche technique

  • Réalisation : Alice Guy
  • Autres titres : L’émeute, Sur la barricade
  • Société de production : Gaumont
  • Pays d’origine : France
  • Durée : 4 min 39
  • Date de sortie : 1906

Licence

Domaine public

Thèmes

La Commune, quotidien, répression, révolution

Technique

prise de vues réelles


Notre avis

L’enfant sur la barricade raconte une petite histoire dans la grande, dans celle de la Commune de Paris de 1871. Mais pas une héroïque, plutôt une de celle qu’on raconte rarement. Une qui s’inscrit dans le quotidien. Un enfant va chercher du lait, il se retrouve dans la rue au milieu de combattant·es, et les Versaillais, les soldats de l’État français, de l’ordre, le prennent pour un Communard. Alors ils veulent le fusiller, comme les autres Communards. 10 à 30 000 mourront pendant la semaine sanglante (21-28 mai 1871). Alice Guy place la focale là où on n’a pas l’habitude de la voir dans ce genre de film, ce qui nous permet d’appréhender différemment cet événement. On se sent concerné·e, parce que cet enfant ou cette mère, ça pourrait être nous.

affiche du film

Autour du film

L’invisibilisation d’Alice Guy

Première réalisatrice de l’histoire du cinéma, Alice Guy, née en 1873 et morte en 1968, est trop largement méconnue. Elle est la première d’une série de femmes effacées ou empêchées, totalement invisibilisées. Ce film en est un excellent exemple puisqu’il a longtemps été attribué à Etienne Arnaud, par erreur ou par choix. Sur les quelque 1000 qu’Alice Guy aurait écrit, réalisé et produit, seulement 130 ont été récupéré.

Source : Article L’Enfant sur la barricade de Wikipédia en français (auteurs). Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0.
Hélène Février. (2014, 20 avril). Alice Guy, pionnière oubliée du cinéma mondial. TV5monde.com.
Aller plus loin : Iris Brey. (2020, 10 mars). Iris Brey : “Il faut réinscrire les femmes dans l’histoire du cinéma”. lesinrocks.com.

Un film doublement inspiré des œuvres de Victor Hugo

L’enfant sur la barricade est considéré comme une adaptation des Misérables, publié en 1862, au moins à travers le personnage du petit garçon qui serait inspiré par Gavroche durant l’insurrection de juin 1832. Mais le titre et le contenu du film est surtout inspiré du poème de Victor Hugo, Sur une barricade, publié dans le recueil L’Année terrible en 1872, qui fait référence à la Commune de Paris qui s’était produite un an plus tôt.

Source : Article L’Enfant sur la barricade de Wikipédia en français (auteurs). Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0.

Sur une barricade, au milieu des pavés de Victor Hugo

                          XI

Sur une barricade, au milieu des pavés
Souillés d’un sang coupable et d’un sang pur lavés,
Un enfant de douze ans est pris avec des hommes.
— Es-tu de ceux-là, toi ? — L’enfant dit : Nous en sommes.
— C’est bon, dit l’officier, on va te fusiller.
Attends ton tour. — L’enfant voit des éclairs briller,
Et tous ses compagnons tomber sous la muraille.
Il dit à l’officier : Permettez-vous que j’aille
Rapporter cette montre à ma mère chez nous ?
— Tu veux t’enfuir ? — Je vais revenir. — Ces voyous
Ont peur ! Où loges-tu ? — Là, près de la fontaine.
Et je vais revenir, monsieur le capitaine.
— Va-t’en, drôle ! — L’enfant s’en va. — Piège grossier !
Et les soldats riaient avec leur officier,
Et les mourants mêlaient à ce rire leur râle ;
Mais le rire cessa, car soudain l’enfant pâle,
Brusquement reparu, fier comme Viala,
Vint s’adosser au mur et leur dit : Me voilà.

La mort stupide eut honte, et l’officier fit grâce.

Enfant, je ne sais point, dans l’ouragan qui passe
Et confond tout, le bien, le mal, héros, bandits,


Ce qui dans ce combat te poussait, mais je dis
Que ton âme ignorante est une âme sublime.
Bon et brave, tu fais, dans le fond de l’abîme,
Deux pas, l’un vers ta mère et l’autre vers la mort ;
L’enfant a la candeur et l’homme a le remord,
Et tu ne réponds point de ce qu’on te fit faire ;
Mais l’enfant est superbe et vaillant qui préfère
A la fuite, à la vie, à l’aube, aux jeux permis,
Au printemps, le mur sombre où sont morts ses amis.
La gloire au front te baise, ô toi si jeune encore !
Doux ami, dans la Grèce antique, Stésichore
T’eût chargé de défendre une porte d’Argos ;
Cinégyre t’eût dit : Nous sommes deux égaux !
Et tu serais admis au rang des purs éphèbes
Par Tyrtée à Messène et par Eschyle à Thèbes.
On graverait ton nom sur des disques d’airain ;
Et tu serais de ceux qui, sous le ciel serein,
S’ils passent près du puits ombragé par le saule,
Font que la jeune fille ayant sur son épaule
L’urne où s’abreuveront les buffles haletants,
Pensive, se retourne et regarde longtemps.

Source : L’Année terrible/Sur une barricade, au milieu des pavés. (2016, avril 23). Wikisource.
Aller plus loin : Article Sur une barricade de Wikipédia en français (auteurs). Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0.

Laisser un commentaire